[COLLABORATION] Comme un ultra, rencontre avec Grégory Lorenzi

Nantes, Rennes, Lorient, Brest, Guingamp. Des villes bretonnes, mais aussi des clubs de supporters. Et des ultras ! Cette catégorie souvent décriée du foot français est au centre du reportage Comme un ultra.

Les étudiants en télévision de la Licence Professionnelle de Journalisme de l’IUT de Lannion ont rencontré, dans le cadre de leur documentaire, Grégory Lorenzi, défenseur du Stade Brestois. Teasing !

Vidéo de promotion, sur le tournage d’un reportage, publiée le 24 mars 2016.

[ON STUDIO] Les #Filsdelutte en image

Les étudiants en LP Journalisme numérique de l’IUT de Lannion sont passés devant le fond noir. Jeunes, beaux (pour certains) et terriblement multimédias, ils vont travailler en équipe jusqu’à juin.

L’occasion pour moi de vous présenter notre projet : Fils de lutte. Dans le cadre de nos études, nous réalisons un long format sur l’après des militants.

Quelle perception de la politique, de la solidarité, du groupe, quand on s’est battu pour une cause ?

Un format zen, pour assurer la lecture, du multimédia pour l’information, et l’écrit pour raconter l’histoire de 4 bretons qui ont lutté.

Les rôles ont été répartis comme dans une vraie rédac’: des rédacteurs en chef, des secrétaires de rédaction, et des référents photo et vidéo.

cathy
© Amandine Pohardy

De mon côté, je me chargerai du web-mastering. En plus d’un soutien en photo et vidéo, j’élaborerai le site internet avec l’outil SLF de Laurence Dierickx. Des lignes de codes à avaler pour un projet qui sera visible sur un média en ligne courant juin.

En attendant, vous pouvez nous suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.

 

Stay connected !

Gaz de schiste : le filon parisien est-il toujours convoité ?

Entre Coulommiers et Provins, les chevalets de pompage accompagnent l’automobiliste. Ces “têtes de cheval”, que l’on aperçoit à l’horizon, rappellent les paysages industriels du Texas. Pourtant c’est bien aux portes de Paris que Vermilion Energy, une entreprise pétrolière canadienne, extrait l’or noir depuis la fin des années 90.

Capture d’écran 2016-01-19 à 13.48.18

Publié sur l’Obs le 16 novembre 2014.  

The Do en concert : douce secousse

Ça scintille au dessus d’Olivia Merilahti, et ce n’est pas qu’une métaphore. Un savant jeu de lumières donne à un amas de fils une allure de ciel étoilé. C’est sur cette ambiance princesse que The Do (The Dø, si vous préférez) va chanter pendant deux heures. Dans une salle toute neuve du Plan de Ris-Orangis (91), 800 personnes se sont pressées pour voir le groupe qui monte, en avant première. Est-ce qu’on en fait trop avec The Do ? J’y suis allée, et franchement, non.

Capture d’écran 2016-01-19 à 10.10.54

Publié sur O le 22 octobre 2015. 

Pascale Faure : “le court métrage, c’est la liberté”

Plusieurs émissions sont consacrées au court : sur Arte (le vendredi soir juste avant minuit) avec Court Circuit, France 2 (le dimanche soir vers 00h15) avec Histoires courtes et France 3 (le jeudi à 00h50) avec Libre court. Toutes abordent le court métrage français. Nous aussi, à Mickrociné(le dimanche à 22h30 sur Canal+ Cinéma) : nous donnons carte blanche à des réalisateurs pour qu’ils nous racontent la manière dont ils ont réalisé leur film.

Capture d’écran 2016-01-19 à 10.05.12

Publié sur TéléObs le 9 décembre 2014. 

La mairie de Barcelone vue de l’intérieur

Face à la Generalitat de Catalunya, la Casa de la Ciutat, comme les Barcelonais aiment à appeler leur mairie, est un édifice à l’histoire remarquable. 

Depuis le Ier siècle après Jésus Christ, la Plaça de Sant Jaume est le théâtre des décisions politiques de la ville. L’Ajuntament, lui, date du XIVè siècle et du Conseil des Cent Jurés. En huit siècles, le sort de Barcelone s’est joué entre ces murs, à l’apparence un coup médiévale, un coup moderniste – voire post-moderniste. C’est Ada Colau qui y prend les décisions depuis mai 2015.

Entre décors gothiques et espaces contemporains, Leslie Singla, journaliste d’Equinox Radio, a suivi les pas de Maud-Sophie Andrieux, guide de la mairie. Visite.

Publiée sur Equinox Radio le 21 décembre

Podemos, première force politique en Catalogne

20,7% des voix, 3 147 118 d’électeurs, 20-D… Ce sont les chiffres que retiennent les membres du parti de la gauche radicale espagnole. Pour les élections législatives (et générales), la plateforme de Pablo Iglesias a dépassé les espérances pour se placer au coude à coude du PSOE, son principal adversaire… Et allié ! Menant une politique de rupture avec le bipartisme PP/PSOE, Podemos est en passe de se lier avec le Parti Socialiste pour accéder au pouvoir.

Cette ascension, il la doit notamment aux régions, comme la Catalogne, où il est arrivé en tête. Alors qu’ils ne s’étaient pas positionnés clairement sur le sujet de l’indépendance pour les municipales, les Violets ont notamment raclé les voix de la Galice et de Valence en optant pour l’option “referundum”.

À Barcelone, les partisans des Indignés se sont rassemblés à l’Estacio del Nord pour suivre les résultats en direct. Retour en images.

Photos pour Equinox Radio, le 20 décembre 2015.